Écrire la catastrophe. L’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIe siècles)

ecrire_catastrophe_p1.jpg

Écrire la catastrophe
 L’Angleterre à l’épreuve des éléments (XVIe-XVIIe siècles)

Ouvrage Collectif, sous la direction de Sophie Chiari
PUBP, Collection IHRIM Clermont-Ferrand, novembre 2019, 294 p.

De par sa situation insulaire, l’Angleterre n’a cessé de s’approprier les récits des catastrophes naturelles qui ont façonné son histoire pour se forger une identité poétique qui lui est propre et affirmer une sensibilité particulière aux phénomènes extrêmes. Cet ouvrage se propose d’explorer la première modernité anglaise (XVIe-XVIIIe siècles), époque du « petit âge glaciaire » où l’écriture du moi l’emporte peu à peu sur l’écriture du nous, à travers le prisme de catastrophes naturelles vécues ou fantasmées par les dramaturges, les poètes, les théologiens, les philosophes et les explorateurs de la période.
Entre mathématisation du monde et reconstruction du réel, l’écriture de la catastrophe participe autant d’une volonté de résilience que d’un désir de mise en scène, comme le montrent les treize chapitres du livre : les récits d’événements hors normes sont tous soigneusement construits et contribuent à unir une contrée en proie à des tensions religieuses et à une forte instabilité politique. Il s’agit pour les écrivains de dépasser la terreur suscitée par les inondations, les vents violents, les tremblements de terre et le froid glacial, afin de promouvoir une vision sociale prônant l’entraide et une réflexion sur la manière dont foi et science peuvent se nourrir l’une l’autre, sans oublier de mettre en avant l’image d’une Angleterre endurante et conquérante.
Cette poétique du cataclysme permet en outre de mettre en lumière les rapports que les contemporains de Shakespeare, de Bacon ou de Cook entretenaient avec une Nature désenchantée et progressivement muée en « environnement ». Plus encore, elle nous conduit à mieux comprendre comment et pourquoi l’avènement de l’Anthropocène, ère géologique qui correspond au moment où les effets de l’activité humaine ont véritablement commencé à modifier notre écosystème, est situé par certains climatologues au début du XVIIe siècle.

Sophie Chiari est Professeur de littérature anglaise (XVIe-XVIIe siècles) à l’Université Clermont Auvergne, et membre de l’IHRIM (UMR 5317). Elle a récemment dirigé John Webster’s ‘Dismal Tragedy’ The Duchess of Malfi Reconsidered (2019) et New Perspectives on Shakespeare’s As You Like It (2017) aux Presses universitaires Blaise Pascal.

En savoir plus : cliquez !