Emily Dickinson du côté de Shakespeare

emilydickinson.jpg

Emily Dickinson du côté de Shakespeare
Modalités théâtrales du lyrisme

Adeline Chevrier-Bosseau
PUBP, Collection LITTÉRATURES, juillet 2020, 398 p.

 

La poésie d’Emily Dickinson dévoile un lyrisme théâtralisé : chaque poème devient une scène où évolue une voix qui se travestit, s’altère, se diffracte en divers échos. Très influencée par l’œuvre de Shakespeare, mais également par la théâtralité ambiante de l’Amérique victorienne, Dickinson met en scène le sujet lyrique dans ce qu’il a de plus théâtral. La théâtralité de référence étant celle du dramaturge et poète élisabéthain, cette « contamination » du théâtre nous incite à élargir notre conception du lyrisme. Si l’on observe des résurgences ironiques d’une conception traditionnelle du lyrisme comme un épanchement intime, ce dernier est surtout à envisager en termes de dynamique, d’énergie. Le théâtre est pour Emily Dickinson le lieuautre où le lyrisme s’altère plus avant, la structure nodale de l’écriture lyrique et son cœur battant, le lieu de sa revitalisation.

Adeline Chevrier-Bosseau est agrégée d’anglais et maître de conférences à l’Université Clermont-Auvergne, où elle enseigne principalement la littérature américaine. Elle est membre du bureau de l’EDIS (Emily Dickinson International Society).
Outre plusieurs articles sur la poésie d’Emily Dickinson, Adeline Chevrier-Bosseau a également publié récemment des articles sur la littérature et la danse américaines, en particulier sur l’imaginaire de la danse chez Emily Dickinson et Walt Whitman, dans des revues à comité de lecture et dans des ouvrages collectifs.

 

En savoir plus : Cliquez !