ESDDE - Etude Sociolinguistique des profils de Dyslexie DÉveloppementale

image_projet_esdde.jpg

 

Responsable scientifique : Damien Chabanal, PU, Phonologie, acquisition du langage, sociolinguistique (UCA)
Laboratoire associé : LRL (UCA)
Disciplines : Linguistique, Psychologie cognitive, Psycholinguistique, Sociolinguistique, Psychologie du développement
Inscription dans les axes scientifiques de la MSH : « Ruptures, révolutions, innovation »
Durée du projet : 24 mois

Présentation synthétique
Une grande majorité d’études sur le développement du langage portant sur le lien entre milieu social parental et développement du langage chez l’enfant établissent des corrélations qui ne dépassent pas le simple constat. Les liens présentés entre les deux variables donnent rarement lieu à des causalités de natures linguistique et cognitive qui rendraient compte de manière opératoire des processus chez l’enfant. Ainsi, les études mêlant approche sociolinguistique et compréhension des difficultés en lecture chez les enfants dyslexiques sont, à ce jour, inexistantes. L’approche socio-cognitive que nous proposons ici (e.g., Tomasello, 2003 ; Kemmer et Barlow, 2000) a pour but d’explorer ce lien en évaluant dans quelle mesure certains dispositifs, comme la mémoire lexicale, ou certains comportements, comme le stress présent lors de situations à enjeux (situation d’évaluation), entravent les performances des enfants dyslexiques dans des tâches de lecture ou des tâches métalinguistiques. Plus particulièrement, nous cherchons à estimer dans quelle mesure les milieux socio-culturel et sociolinguistique influencent ces performances. Reposant sur l’hypothèse que le bain linguistique des enfants de milieux défavorisés serait plus pauvre d’un point de vue de la quantité et de la qualité du lexique (sous- spécification des représentations stockées en mémoire pour ces enfants-là), nous souhaitons observer si cela pourrait contribuer à amplifier l’expression des difficultés en lecture. Nous appuyant sur nos précédentes recherches (projet MSH 2018-2020 EP2ED2) démontrant pour la première fois l’influence délétère des situations de pression socio-évaluative induite par des consignes stressantes sur le déficit phonologique des enfants dyslexiques, nous envisageons d’approfondir l’étude de l’environnement social au travers de la sociolinguistique comme facteur régulateur des difficultés langagières (Chabanal, 2014).

Abstract :
Most of developmental studies focusing on the link between language development and social environment are basically restricted to correlations, which do not provide causal links that account for the underlying cognitive processes in children. Here, we propose a socio-cognitive approach (e.g., Tomasello, 2003; Kemmer & Barlow, 2000) to explore this link by assessing to what extent some cognitive abilities such as lexical memory, or some behaviors such as stress in socio-evaluative contexts affect the performances of children with developmental dyslexia in reading tasks.
More specifically, we are interested in how the sociolinguistic and socio-economic environment influences their performances. Following the hypothesis according to which the linguistic environment of children from low-income backgrounds is impoverished (low orthographic and phonological representations), we aims to determine whether reading difficulties ensue from - i.e., are modulated, amplified by - a poor linguistic environment. Referring to our previous funded research by the MSH (2018-2020; EP2ED2), which showed that pressure-induced contexts impair the reading processes and amplify the phonological deficit in children with developmental dyslexia, we propose to further investigate the role of the socio-linguistic environment as a factor that regulates the language difficulties (Chabanal, 2014).

Lauréat de son appel à projets interdisciplinaires 2020, ce programme est soutenu financièrement par la MSH pour deux ans (2021-2022).