Les collectifs en agriculture bio. Entre idéalisation et réalisation

les-collectifs-en-agriculture-biohauteur250.jpg

Les collectifs en agriculture bio. Entre idéalisation et réalisation

 

Un nombre important de recherches se développent depuis plusieurs années sur la question de la transition des systèmes agroalimentaires des pays d’Europe occidentale vers une plus grande durabilité sociale et écologique. À côté de nombreuses recherches portant sur les initiatives politiques, ou celles émanant d’individus, qu’ils soient producteurs ou consommateurs, ce livre s’interroge sur le rôle des collectifs agricoles bio. Ainsi se situe-t-il à un niveau d’analyse intermédiaire, relativement peu exploré à ce jour. Les collectifs étudiés sont de natures très diverses (coopératives, marchés, AMAP) ; cependant, tous sont situés « entre idéalisation et réalisation ». Car il s’agit ici d’analyser la confrontation entre, d’une part, les aspirations, les valeurs, les projets de leurs membres et, d’autre part, la réalité : celle de la gestion (première partie), du marché (deuxième partie), des institutions publiques (troisième partie), ou bien encore de leur identité propre (quatrième partie).

Coordinateurs

Denise Van Dam, psychologue et sociologue, est chargée de cours à l’Université de Namur où elle mène des recherches sur l’agriculture biologique. Elle est membre du GIRAF, Groupe interdisciplinaire de recherche en agroécologie du FNRS (Fonds de la recherche scientifique).

Séverine Lagneaux, anthropologue, est enseignante et chercheuse à l’Université catholique de Louvain et à l’Université de Namur. Elle mène des recherches sur la paysannerie et les relations entre les éleveurs, leurs animaux et les techniques.

Jean Nizet est philosophe et sociologue, spécialiste en théorie des organisations. Il est professeur émérite de l’Université de Namur et de l’Université catholique de Louvain. Outre l’agriculture biologique, il mène également des recherches sur le coaching en entreprise.

Michel Streith, anthropologue, est directeur de recherche au CNRS, membre du laboratoire de psychologie sociale et cognitive (LAPSCO) et directeur adjoint de la MSH de Clermont. Il mène ses recherches sur les comportements des agriculteurs en situation de changement.