Les fortifications de l’oppidum de Gergovie. Bilan historiographique & nouvelles recherches (VIe et Ve s. av. J.-C, Ier s. av. J.-C. et Ier s. ap. J.-C)

Les fortifications de l’oppidum de Gergovie
Bilan historiographique & nouvelles recherches (VIe et Ve s. av. J.-C, Ier s. av. J.-C. et Ier s. ap. J.-C)

Sous la direction de Yann Deberge et Thomas Pertlweiser
Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, Collection Terra Mater, juin 2019, 608 p.

 

Conduits entre 2001 et 2008 sous la direction de Thomas Pertlwieser, des travaux de recherche consacrés aux fortifications de l’oppidum de Gergovie ont permis le repérage topographique d’une grande partie de leur tracé, complété depuis par un relevé LiDAR, et la réalisation de plusieurs fenêtres d’observation destinées à préciser ses caractéristiques architecturales et sa datation. Les connaissances de l’ouvrage défensif ainsi considérablement renouvelées ont mis en évidence l’existence d’une première fortification, datée des VIe-Ve siècles av. J.-C. – renvoyant au modèle classique des remparts à poutrage interne connus ailleurs en Gaule –, et d’un rempart du Ier siècle av. J.-C., associant une large muraille de pierre sèche à de larges éperons disposés sur son côté interne, à intervalles réguliers et rapprochés, suivant un plan d’origine hellénistique.
Cet ouvrage propose un bilan actualisé des découvertes réalisées sur l’oppidum de Gergovie depuis le XVIIIe siècle, de ses fortifications mais aussi des vestiges domestiques, funéraires et artisanaux révélés à leurs abords. Ces études témoignent de la participation du bassin clermontois au phénomène d’apparition de centres de pouvoirs fortifiés transalpins au passage des deux âges de Fer, et plus largement de l’occupation de Gergovie dès la guerre des Gaules, en faisant le principal centre de peuplement du territoire arverne tout au long de la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C. et jusqu’à la fin du règne d’Auguste.

 

Yann Deberge est archéologue protohistorien à l’Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), Centre de Clermont- Ferrand. Il a secondé Thomas Pertlwieser sur les fouilles de Gergovie (années 2006 et 2007) et a assuré une grande partie du travail d’étude. Il a dirigé la fouille de plusieurs sites de l’âge du Fer en Auvergne et est l’auteur de plusieurs articles et ouvrages consacrés aux Arvernes.

Thomas Pertlwieser est archéologue protohistorien au Département d’archéologie préhistorique et historique de l’Université de Vienne (Autriche). Spécialiste des fortifications de l’âge du Fer, il a notamment travaillé sur les fortifications de Bibracte et du Mont Lassois. Il a assuré la direction des fouilles sur les remparts de Gergovie et est l’auteur de plusieurs articles sur les fortifications de l’âge du Fer.

 

En savoir plus