Penser le village : problèmes historiographiques et conceptuels

affiche_penser_le_village.jpg

À l’heure où certains sonnent la « fin du village » (Jean-Pierre Le Goff 2012), tandis que d’autres célèbrent l’avènement du « village global » (à la suite de Marshall McLuhan 1967), le village fait l’objet de débats animés, comme en témoigne la régularité des manifestations scientifiques le concernant. La globalisation en cours, synonyme de métropolisation et de tertiarisation, invite souvent à porter un regard nostalgique sur ce qui constitue assurément la forme d’organisation communautaire de l’habitat la plus ancienne et la plus universellement répandue. L’histoire et la géographie nous rappellent cependant que « le village immémorial, pôle de stabilité, d’enracinement n’existe pas » (Michel Lompech, à paraître), et que le village est un « fait culturel complexe » (Isac Chiva 1992), toujours en mouvement. À ce titre, le village justifie une grande diversité d’approches et de points de vue. C’est précisément de cette diversité que nous souhaitons nourrir notre réflexion, en favorisant l’ouverture interdisciplinaire, diachronique et conceptuelle, sans jamais oublier toutefois le poids de l’historiographie et l’impératif d’historicisation qui est le nôtre. Cette première journée d’étude sera l’occasion d’initier un travail de mise au point, tant sur le plan conceptuel que du point de vue documentaire et historique.

Cette journée d'étude est organisée par Frédéric Trément et Stéphane Gomis du Centre d'Histoire "Espaces et Cultures".

Date : mardi 5 novembre 

Lieu : Maison des Sciences de l'Homme - Amphi 220

En savoir plushttp://chec.uca.fr/article687

 

Date de début de la manifestation: 

Mardi, 5 novembre, 2019

Fichier: