Théophile Gautier par Maxime Du Camp suivi de Théophile Gautier, Souvenirs intimes par Ernest Feydeau Édition critique de Thierry Poyet

gautier_par_du_camp_et_feydeau_couverture.jpg

Théophile Gautier par Maxime Du Camp
Suivi de
Théophile Gautier, Souvenirs intimes par Ernest Feydeau
Édition critique de Thierry Poyet

Éditeur : Les Editions Palimpseste, Collection / Série : Fin de siècle, 2020, 358 p.

 

Parce qu’il incarne le XIXe siècle depuis la révolution romantique jusqu’à la chute du Second Empire, Théophile Gautier, chantre de «l’art pour l’art» et inépuisable auteur de récits viatiques, a marqué plusieurs générations d’écrivains. En une écriture mémorielle où le projet encomiastique rivalise avec une réflexion théorique, Maxime Du Camp et Ernest Feydeau établissent la singularité de leur ami. 
Ce sont leurs deux textes souvent élogieux, toujours empreints d’admiration, que nous réunissons. Ils se répondent pour rendre compte de l’œuvre de Gautier en son siècle et envisager, dans une démarche prospective, le grand artiste aux facettes multiples, l’homme des belles amitiés, le travailleur infatigable mais aussi un Gautier mal reconnu.

 

En savoir plus : Cliquez !