VOYAGER - Voyage et Révolutions de l'Indépendance américaine à l'émergence des États nations (années 1770-1870)

VOYAGER - Voyage et Révolutions de l'Indépendance américaine à l'émergence des États nations (années 1770-1870)

Disciplines : Lettres, Histoire, Civilisations, Histoire de l'art
Mots-clés : voyages, révolutions, récits, témoignages, ruptures
Durée de l'opération : 2015-2016
Financement : MSH
Responsable scientifique : Philippe Antoine (CELIS)

Résumé

Vecteur d’enthousiasme ou de rejet d’un monde en plein bouleversement, alimentant journaux, témoignages épistolaires et mémoires, le voyage d’observation prend le pas fin XVIIIe siècle sur le « grand tour » des élites nobiliaires et bourgeoises. Les étapes du voyage sont parfois celles des exils contraints, des emprisonnements passagers ; elles ne correspondent plus aux lieux de sociabilité d’une République des Lettres déchirée, dont le cosmopolitisme est mis à mal par l’émergence des identités nationales. L’espace semble agrandi, le temps accéléré par les révolutions, les translations des modèles politiques ou leur comparaison d’un continent à l’autre, depuis la révolution américaine. Les récits de révolutions nourrissent les révolutions suivantes (Révolution française, révolutions de 1830 et 1848, Commune, mouvements d’indépendance et d’unité européens). Ils puisent dans les références à un modèle passé, à revivifier ou à terminer ; dans les formes littéraires, les images empruntées, les scènes reconstituées, dont il importe cependant de distinguer les variations.

Le projet s’intéressera donc aussi à la manière dont ces récits articulent ruptures historiques et mutations esthétiques, idéologiques et épistémologiques. Le projet est structuré autour d’un séminaire mensuel, de publications dans des revues à comité de lecture, et d’un colloque final, dont les actes seront proposés à un éditeur national. 

Summary

By the end of the 18th century, a new sort of travel has replaced the “Grand Tour” undertaken by the higher classes: the observation trip, which has proved a vector of enthusiasm for or rejection of a rapidly evolving world, providing matter for diaries, epistolary accounts and memoirs. Its stopping places are sometimes determined by forced exiles or temporary imprisonments and no longer correspond to the meeting places of a torn Republic of Letters, whose cosmopolitism suffers from the emergence of national identities. Since the American Revolution, the limits of space have expanded and time has been accelerated thanks to the revolutions which have taken place, the translations or comparisons of political models from one continent to the other. Narratives of previous revolutions have an impact on the revolutions which follow  – the French Revolution, the Revolutions of 1830 and 1848, the “Commune”, the European movements towards independence and unity. They draw their inspiration from references to a past model, to be reactivated or completed; from literary forms, borrowed images and reconstituted scenes, the variations between which need however to be distinguished.  This project will therefore also focus on the manner in which these narratives articulate historical breaks and aesthetic, ideological, and epistemological mutations. It will centre around a monthly seminar and peer-reviewed publications before concluding in a final conference, the proceedings of which will be submitted for publication at a national level.

Laboratoires et services de la MSH associés au projet 

  • CHEC - Centre d'Histoire "Espaces et Cultures"
  • CELIS Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique

Contacts :